Textes - Philippe JACQUES
Textes

Rolleiflex, 2,8 planar
Le chef d'œuvre des chefs d'œuvre ! c'est un des rares objets parfaits de l'industrie du XXème siècle. Quand on l'a en main et qu'on l'utilise, on se rend compte très vite qu'il a été pensé pour la photographie : tout est pratique... dans l'ensemble et en détails, avec de vraies bonnes idées, pas des gadgets conçus pour gonfler les ventes. Le viseur capuchon, l'indicateur de profondeur de champ, le système de chargement rapide du film... tout a été créé par des gens qui pratiquaient vraiment la photographie. De plus, l'objet est à tomber par terre : métal, cuir, une densité et un poids qui impressionnent.
Côté résultats, les images produites sont magnifiques, détaillées mais pas agressives comme avec les appareils japonais modernes, fouillées et denses en même temps... A mon avis, le meilleur appareil photo de tous les temps. Dans les années soixante, le Rolleiflex était le concurrent d'Hasselblad... Sans hésiter, je choisis Rollei !

Voigtländer Superb
Un choix déraisonnable : j'en ai acheté un... que j'ai cassé en le nettoyant !!! J'en ai acheté un second pour réparer le premier. Il a une allure inimitable et pour moi, ça a été le coup de foudre, à condition qu'il soit dans son magnifique étui en cuir.
Quant à l'utilisation sur le terrain, on est loin de l'aisance du Rolleiflex et on comprend, en le manipulant, pourquoi le Superb n'a pas résisté face à la concurrence : un bel appareil sans postérité...
 

Zeiss ikon Contarex "Bullseye"
Il est énorme, clinquant, opulent, lourd... c'est un cyclope et pourtant irrésistible ! J'adore cet appareil... qui n'est pourtant qu'un 24X36. Quel plaisir de l'avoir en main ! "Deutsche Qualität"... avec des objectifs de rêve et une distance minimale de mise au point (pour le 50 mm) très courte... formidable pour les portraits serrés ! Vive le Contarex !
 

Heidoscop stéréo 6X13
Il n'est vraiment pas beau... mais quel stupéfiant appareil !! Conçu en 1922 par Messieurs Franke et Heidecke, les parents du Rolleiflex, ce boîtier stéréo procure encore aujourd'hui des photos saisissantes en relief... pas mal pour son âge ! La taille de l'image sur pellicule y est pour beaucoup : 6 cm sur 13, c'est un double 6X6... Les vues, contemplées à l'aide d'une visionneuse, sont magnifiques, autrement plus spectaculaires que les petites vignettes américaines ! L'image en relief est vraiment fascinante, elle suscite une exploration approfondie, dans tous ses recoins ! L'appareil est vraiment pratique à l'usage, sa stabilité permet de déclencher sans pied à des vitesses lentes. Seul inconvénient, on ne peut prendre que cinq images par rouleau...
 

Voigtländer Bessa RF
L'attrait exercé par un appareil - celui-ci plutôt que celui-là - est assez mystérieux... je suis d'abord attiré par l'esthétique de l'objet, avant ses performances. C'est le cas du Bessa RF, folding allemand des années trente, avec son look "art déco". C'est un 6X9 qui, une fois replié, tient facilement dans la poche. Ses formes arrondies et son bouton de mise au point - avec son échelle de profondeur de champ - font tout son charme... et à l'usage, il est très efficace ! Il m'a pourtant donné du fil à retordre à cause du soufflet qui n'était pas étanche. Je l'ai remplacé : je peux l'utiliser... avec grand plaisir !
 

Zeiss Ikon Super Ikonta 6X9
Il est neuf, tout droit venu des années cinquante. Un folding super luxueux. Quand on l'a en main, on peut envisager une face de l'âme allemande : la recherche d'un idéal de perfection dans les objets techniques... Les appareils américains ou japonais sont très efficaces mais vraiment laids... les Allemands avaient "la classe" !
 

Contax I
Un appareil très prisé mais fragile : son obturateur à rideaux métalliques est actionné par des rubans de tissu, qui, à la longue, finissent par s'user...
Le mien date de 1932, cela se voit ! J'ai dû remplacer moi-même un des rubans, ainsi que le miroir du télémètre... patience ! Après avoir aussi obturé quelques fuites de lumière, je peux enfin me servir de cette splendide petite boîte noire d'aspect "art déco", quel plaisir et quelles images !
 

Robot royal 36
Ma dernière acquisition, un appareil fameux auprès des connaisseurs... et des gendarmes ! C'est encore là une marque allemande, qui équipa les radars français dans les années soixante-dix. Il était aussi (dans une version primitive) monté pendant la guerre sur les avions de reconnaissance de la Luftwaffe. Sa particularité est de se remonter comme un réveil, ce qui permet de déclencher plusieurs fois, et même en rafale, sans être obligé de réarmer. Il ressemble à un Leica M, en plus trapu... C'est encore un objet magnifique, tout en métal et très lourd, qui s'utilise vraiment bien. Il est doté d'objectifs Schneider ou Zeiss... tout un programme !
 

Leica IIIG
C'est le dernier modèle de la série des Leica à monture à vis, créée dans les années vingt. Le IIIG date des années cinquante, il est contemporain du premier modèle des appareils Leitz "à baïonnette", le fameux M3... Le IIIG se situe donc entre les deux époques : l'avant et l'après guerre.
Petit, maniable, il respire le luxe et l'efficacité. Son objectif, un Elmar 2 : f50mm, est doté de lentilles "radioactives", censées optimiser la réfraction de la lumière.
 

Contax IIIa
Encore un bijou de chez Zeiss Ikon ! Une véritable oeuvre d'art industriel... Le plaisir de prendre des photos avec un tel appareil est extrême : il émet au déclenchement un discret déclic confirmant - encore une fois - que son fragile obturateur à rideaux métalliques a parfaitement fonctionné.
Il est doté d'un fabuleux objectif, le sonnar Opton 1,5 : f50mm, qui donne des images douces et nuancées mais nettes.

Top